Le premier réveil

Je peux te dire que moi je me souviens de la première fois ou j’ai frappé un mur .où j’ai pour la première fois remis ma vie en questionnement ..oui j’ai remis pas seulement ma vie , mais où je me suis remise moi-même en questionnement …j’avais 33 ans première croisée de chemins . je ne savais pas trop ce que je voulais faire de ma vie , mais une chose était certaine J’ai senti au plus profond de moi que je ne pouvais continuer ainsi .Le mur je l’ai frappé de plein front .
Je savais qu’il devait y avoir un changement ..
Pendant un instant j’ai vu tout le travail a faire tant j’avais vécue endormie pendant ces 33 ans dans l’inconscience totale Un réveil  brutal j’ai vu tout le travail a faire …et j’ai pris peur.
comme quand on regarde sa maison et voit son grand ménage il te semble tellement énorme , la tâche te semble si énorme que tu en est paralysée.
Et je me suis endormie de nouveau je pense pas aussi profondément mais  comme sous anesthésie locale je dirais…. il sera long le voyage entre cette croisée de chemin et le ici maintenant .

Mais j’avais un moment vu une lueur .
Mais de cette vision je peux dire qu’une petite chose a la fois un petit tiroir après l’autre
tu nettoie et cela s’éclaircit.
Un pas à la fois sur le chemin tu avances… il y a aussi des haltes en cours de route …

Des longues périodes  de repos…..

Des jours de veille et des jours plus endormis
en ce moment je sens que je suis d’une certaine façon encore dans un vent de changement .
Je sens que je franchit une étape ….

Mais le changement vas vers l’avant … donc ce vent est accueilli en pleine conscience .

Je gravit ma montagne … de  plus en consciemment.  les éclaircies sont belles .

Mais mes premier pas vraiment sur le chemin  du  être là ici maintenant,  je m’y suis exercer ans un hôpital dont je revois encore les corridors .. tant pour rester ici et ne pas me perdre dans mes pensées pour ne pas plonger dans mes abimes intérieurs et être dépasser . submerger je disais intérieurement chaque geste que je faisais je m’y suis aussi exercer en comptant  mes pas en marchant dans les rues de ma ville , oui  ma vie m’as conduite a m’exercer a pratiquer ce ici maintenant …

Pas facile de s’enraciner non pas dans un endroit sur terre … mais à prendre racine en soi

Et j’ai appris aussi a être en position témoin …pour ne pas être submerger encore quand j’ai a visiter mes abimes  intérieurs …pour guérir mes mémoires  .

Aujourd’hui je sais que je suis plus ouverte a vivre ce qui es …là ici et maintenant
Les yeux ouverts j’ai pas laisser tomber aucun de mes rêves … car certains sont devenus réalité de vie ,

Maintenant je vis mon chemin ou ma vie ..elle me conduit où je ne saurais le dire je vis mon aujourd’hui.

Je cherchais ma feuille de route ailleurs , mais la feuille de route de Jeanne D’arc … est en moi.

Tout comme la tienne est en toi.

Je peux avoir des pistes dans d’autres parcours si semblable au mien.

Ils sont là pour moi témoins de la lumière …. vers laquelle je me dirige aussi .. les chemins sont aussi nombreux qu’il y a de personnes sur terre … tous tournés vers une lumière .. tous chacun a sa façon témoin de la lumière.

Moi maintenant  j’essai d’être là dans chaque geste … du moment et de moins me perdre être là dans le simple geste de me laver les mains , être là en donnant de l’eau a mes plantes être là en tapant chaque touche de mon clavier ,

Être là ici maintenant.

Je vous écris ce billet et en tapant ici les dernières touches du clavier je veux changer l’image de mon blog , il est rester silencieux depuis quelques temps , mais s’il continue il vas sûrement changer d’image ..car le vent de changement souffle dans ma vie , je le sens .

Avec toute mon amitié
Jeanne D’arc

chemin de liberté(reprise )

pastelgras.jpg

Même si tu ne vois pas le chemin devant.

Regarde le beau à l’horizon.

C’est n’est plus la destination.

De ton voyage.

Mais tout le paysage que tu rencontre sur le chemin.

Qui fait parti de ton objectif.

Maintenant.

Qu’importe les détours au long du parcours.

Les doutes, et les erreurs.

Les arrêts et les pauses.

Ils deviennent partie intégrante  de ton

Voyage.

C’est devenu un voyage qui contient la destination de chaque jour.

Ma quête de paix intérieure.

Elle n’est pas dans un seul.

Contenant au pied d’un arc-en-ciel.

JE la trouve par petits morceaux.

Tout le long du voyage.

J’étais partie avec un si gros bagage.

J’avais plus de place.

Pour les conservés.

Alors dans des croisés de chemin.

Dans des tournants.

J’ai déposée bien des valises.

Et plus je voyage j’apprends à voyager léger.

Je goûte le but de ma quête.

A chaque jour.

J’en oubli même que j’avais entrepris un voyage.

C’est tout le chemin qui est devenu.

Mon voyage.

Je dépose en chemin murs et barrières.

Mon être soudain se sent soulevé.

De nouvelles perspectives s’ouvrent.

Il n’y a peut-être même plus de voyage.

Juste un chemin de liberté.

Jeanne D’arc

Pensée.

 

 

Ta valeur n’est pas établie

En enseignant ni en apprenant.

Ta valeur est établie par Dieu.

Aucune de tes actions.

Rien de ce que tu penses.

Souhaite ou fais n’est nécessaire.

Pour établir ta valeur.

t.p 58

Un cours en miracle.

J’avais besoin ce soir de lire ce passage je suis inquiète pour ma santé.

Mais ce qui m’ insécurise c’est de ne pas savoir.

De vivre dans l’attente.

Je crois que je suis prête a accepter ce que je ne peut changer.

Je crois que je suis capable de lâcher prise.

Mais de ne pas savoir sur quoi tu dois justement lâcher prise.

Mais juste de vous le partager.

Me fais du bien.

Je réussis à m’abandonner .

Merci mon Dieu car je sais que j’ai grandit dans mon cheminement.

Je sais que je pourrais accepter.

N’importe ce qui m’attend.

Je me sens tout a coup en vous le partageant en mots.

Dans les entre lignes entre vous et moi

Qu’une des plus grande peur en moi.

M’as quitté.

Une de mes anciennes croyances.

Disparu.

J’en prends conscience là maintenant.

Il me fallait peut-être vivre cette inquiétude.

Pour sentir profondément une si ancienne crainte.

Prendre fin.

Et je sens

Monter en moi cette paix.

Merci mon Dieu.

Jeanne.

On enseigne ce que l’on a le plus besoin d’apprendre (Richard Bach)