Le sentier 

Un pas et puis un autre 

Une cerf dans le sentier 

Une mésange  sur une branche 

Un pas et puis un autre 

Un écureuil qui coure après une noix 

Une couleuvre qui rampe devant mon pied 

Un pas et puis un autre 

Un banc m’invite pour une pause 

Des petites fleurs jaunes attire mon regard 

Un pas et puis un autre 

Je respire en toute conscience pour monter la pente 

Inspire et puis expire 

Un pas et ensuite un autre 

Le dernier tu ni pense pas 

C’est le premier qui compte 

Ce sentier qui reste le même 

Mais qui chaque jour me surprends 

Jusqu’â me donner l’illusion d’y compter mes pas 

Pour la toute première fois 

Jeanne D’arc 

Publicités
Mes mains

Mes mains

 

Je vous aime  pour hier

Je vous aime pour aujourd’hui

Je vous aime pour demain

Je t’aime ma main droite

Je t’aime ma main gauche

Je vous aime avec une plume

Je vous aime dans la main de quelqu’un

Je vous aime les deux  jointes

Car  c’est ainsi  que j’ai appris à vous aimer

Même si l’acceptation est difficile parfois

Pour toutes les choses accomplies pour moi

Je vous aime pour toujours

Merci💗

Jeanne D’arc

 

Lire la suite

Je pleure mon absence

Le cahier de Jeanne D'arc

Quand j’ai entendu cette chanson .

Que tu chantais .

Justement les mots sont venus me chercher très loin.

Ca viens de loin.

Je l’entendais pour la première fois

Si tu savais combien de  larmes me sont montés aux yeux.

Comme si les vannes venaient de s’ouvrir dans le fond du cœur .

Ce soir j’ouvre celle des mots.

Puis  j’ai compris des choses .

J’ai pleuré mon absence souvent de mes amours .

Oui je  pleure mes absences ….

Qui étaient très souvent bien involontaires.

Oui je pleure  mes absences des hommes que j’ai aimés.

Mes absences a m’abandonner .
Pour les hommes que j’ai aimés.

Ils ont aussi été volés.

J’ai aimés des hommes de tout mon cœur.
Mais jamais complètement capable de les aimés de tout mon corps .

Comme si une grande partie de cette possibilité m’avait été volé.

Comme si on m’avait volé la possibilité…

View original post 186 mots de plus

Dis grand-mère… — Bienvenue chez Flo-Ray !

. . -Dis grand-mère, c’est quoi toutes ces marques et ces traits sur ton visage? -Oh, ça ma petite fille, ce sont des rides. La vie m’a laissé toutes ces marques sur mon visage pour me souvenir du chemin que j’ai traversé et qui m’a permis d’être ce que je suis aujourd’hui. Elles me permettent […]

via Dis grand-mère… — Bienvenue chez Flo-Ray !

Méditation 

Apprenez le doux sourire de l’enfant. Un sourire de l’âme est une détente spirituelle. Un vrai sourire possède une grande beauté. C’est le travail artistique de l’immortel Maître intérieur. Il est bon d’affirmer : « J’envoie de bonnes pensées au monde entier. Qu’il soit heureux et béni. » Avant d’aborder le travail du jour, affirmez qu’il y a en vous une forme parfaite, divine. « Je suis maintenant comme je le désire. J’ai quotidiennement la vision de mon être magnifique, au point d’en insuffler l’expression à mon corps. Je suis un Enfant divin, et Dieu pourvoit à mes besoins maintenant et toujours. » Apprenez à être vibrant. Affirmez que l’amour infini remplit votre pensée, que sa vie parfaite fait vibrer tout votre corps. Faites que tout soit lumineux et splendide

L’art de bénir

L’art de bénir

IMG_0111Le simple art de bénir

Au réveil, bénissez votre journée, car elle déborde déjà d’une abondance de biens que vos bénédictions font apparaître. Car bénir signifie reconnaître le bien infini qui fait partie i intégrante de la trame même de l’univers. Il n’attend qu’un signe de nous pour se manifester.
En croisant les gens dans la rue, dans le bus, sur votre lieu de travail, bénissez-les tous. La paix de votre bénédiction sera la compagne de leur chemin, et l’aura de son discret parfum une lumière sur leur route. Bénissez ceux que vous rencontrez dans leur santé, dans leur travail, leur joie, leur relation au divin, à eux-mêmes et aux autres. Bénissez-les dans leur abondance et dans leurs finances. Bénissezles de toutes les façons concevables, car de telles bénédictions ne sèment pas seulement les semences de la guérison mais, un jour, jailliront comme autant de fleurs de joie dans les espaces arides de votre propre vie.
En vous promenant, bénissez votre village ou votre cité, ceux qui la gouvernent et ses enseignants, ses infirmières et ses balayeurs, ses prêtres et ses prostituées. À l’instant même où quelqu’un exprime la moindre agressivité, colère ou manque de bonté à[…] « Bénissez-les totalement, sincèrement, joyeusement, car de telles bénédictions sont un bouclier qui les protège de l’ignorance de leurs »méfaits et détourne la flêche qui vous est adressé .

Bénir signifie désirer et vouloir inconditionnellement, totalement et sans réserve aucune le bien illimité – pour les autres et les événements de la vie – en puisant aux sources les plus profondes et les plus intimes de votre être. Cela signifie révérer et considérer avec un émerveillement total ce qui est toujours un don du Créateur – et cela quelles que soient les apparences. Celui qui est porté par votre bénédiction est mis à part, consacré, entier. Bénir signifie invoquer la protection divine sur quelqu’un ou quelque chose, penser avec une reconnaissance profonde à elle, l’évoquer avec gratitude. Cela signifie encore appeler le bonheur sur quelqu’un – encore que nous ne soyons jamais la source de la bénédiction, mais simplement le témoin joyeux de l’abondance de la vie.
Bénir tout et tous, sans discrimination aucune, constitue la forme ultime du don, car ceux que vous bénissez ne sauront jamais d’où vient ce rayon de soleil qui, soudain, perça les nuages de leur ciel, et vous serez rarement témoins de cette lumière dans leur vie.
Quand, dans votre journée, quelque événement inattendu vous bouleverse vous autant que vos plans, éclatez en bénédictions, car la vie est en train de vous apprendre une leçon, Extrait de: Pradervand, Pierre. « Vivre sa spiritualité au quotidien.