Intériorité 


Il y a en moi des paysages intérieurs. 

Il y a des îles et des déserts. 

Il y a des zones de turbulences. 

Et des espaces vides. 

Il y a des montagnes à gravir. 

Il y a des vallées pour se reposer. 

Des rivières que j’ai pleurées. 

De grands fleuves à naviguer. 

 

Il y a des jours et des nuits. 

Il y a des naissances et des morts. 

Mais aussi des renaissances et des résurrections. 

Il y a des printemps et des hivers. 

Il y a des étés enchanteurs. 

Et des automnes pleins de couleurs. 

 

Il y a des airs de musique. 

Des airs tristes et des airs joyeux. 

 Des silences, des entre temps. 

 

Il y a en moi des moments d’extase.  

Des états d’être remplis de joie. 

Des jours où tu peux toucher et voir toute la beauté du monde. 

C’est cela que j’appelle le ciel. 

Des états ou mon esprit, 

Ne peux désirer rien de plus. 

 

Il y a des moments de doute. 

D’autres de foi. 

Certains pleins de peut-être. 

D’autres de certitude. 

 

Il y a des anges qui me guident. 

  Il y a des démons où des dragons à combattre. 

Il y a des zones de repos. 

Et des zones de confort. 

 

Il y a de belles mers des océans et des continents. 

Il y a des tempêtes  

Il y a des raz de marée. 

Mais il y a aussi de magnifiques plages ensoleillées. 

Des rivages inconnus parfois. 

 

Des territoires a débroussaillés. 

Des territoires encore fragiles. 

Des territoires parfaitement conquis. 

D’autres quelquefois encore un peu minés. 

 

 

Il y a en moi aussi un tout petit jardin. 

Que je veux cultiver. 

Un petit territoire sacré. 

Là où je peux venir me recueillir. 

Communier et m’abreuver d’une eau vive. 

J’y ai bâti. 

Un tout petit refuge. 

Ou je me retire toute seule avec mon Dieu. 

Pour lui parler, mais aussi pour essayer de l’écouter, 

Quand je me sens un peu perdu.je me retire dans ce jardin secret. 

Et tout doucement. 

J’y viens chercher la paix. 

Il est là au plus profond de moi. 

Il est là où il n’y entre que toi. 
Jeanne D’arc. 


 

 

 



Nos plumes

Nos plumes

 

Merci Gaël pour ces mots, pour tes mots , ils sont magnifiques , cette plume si signifiante pour Chaque écrivain , auteur , poète , elle se présente différemment dans chacun de nos encriers si respectueuse pour la couleur de l’encre dans chacun d’eux. , certains jours notre plume puisent les différentes couleurs contenus dans l’encrier.

Elle nous dessine en mots ….tous les contours de nos univers.

Elle nous conduit dans tous les envers de décors.

La mienne m’accompagne dans mes moments de grande fragilité .

Quand certains jours j’ai peur d’éclater en milles miettes elle me ramasse tout en mots sur la feuille de mon cahier.

Pour ainsi me retenir en un seul morceau.

Oui elle se fait parfois légère , et parfois un brin timide , et quelque petites fois Elle goute un peu amère , quand elle se fait colère , mais toujours  elle m’ aide a mettre des baumes sur mes bleus du cœur qui deviennent des mots couchés sur le papier elle les a sortis de moi pour que mon être puisse s’apaiser.

Elle me connait ,

D’autres jours ou je ne peut contenir en moi la joie qui m’habite.

Elle viendra me mettre en mots cette joie qui veut déborder pour écrire un hymne a la vie.

Elle utilisera mes mots ceux qui me parle a moi.

Elle les fera danser comme moi je danse ,

Ou chanter comme mon oreille entends la musique.

J’aime tellement tes mots quand tu dis elle nous offre de son caractère de la douceur dans son sommet et piquante a sa pointe .

Oui notre plume a épousé la forme de nos doigts , elle a écouté notre être et nous l’as dessiné en mots .

Je suis presque convaincue que quand c’est moi qui prend cette plume et qui écrit , que c’est plus elle qui me guide vers mes mots , notre plume reconnait notre encre et notre encrier et encore bien plus souvent je pense que c’est elle qui m’écrit ma vie ,je l’invite et elle m’amène visiter mon Pays.

Chacune des crevasses dans laquelle j’ai trébuchée et me suis relevé , chaque montagne gravit , chaque tempête sur les océans de ma vie , toutes mes zones de désert visités elle me permet de la prendre et de les dessiner par des mots.

Merci Gaël pour toutes les visites et les cadeaux de ta plume déposés chez moi .

Ils sont inspirants tes mots aussi.

xxx

Jeanne

 

 

Un superbe cadeau de  Gaël laisser sur mon article un matin semblable aux autres.

La Plume.

La fragilité de la plume
Nous donne de sa force
De surmonter les vents contraires
Légère, légère elle est
Et pourtant elle arrive à nous émouvoir
À nous faire prendre les rives
Où se joignent le calme du lac
Et les remouds des immenses océans.
La fragilité de la plume
Nous offre de son caractère
De la douceur dans son sommet
Piquante à sa pointe
Voulant se baigner dans les encriers
Légère, légère elle est
Légère mais forte en richesse
De ses voyages vécus sur les dos ailés
De vivre des situations de grandeurs
Dans l’immensité du monde.
La plume est magie
De vouloir raconter ses périples
La plume s’imagine aussi
Des parcours bien atypiques
Légère, légère elle est
De se poser là sur les papiers
Oh parfois, bien souvent elle rêve
D’un bel oiseau qui viendrait alors
L’enlever pour des envolées
Vers la lumière, vers le soleil, vers les nuages,
Elle aimait tout cela la plume.
Légère, légère elle était
Elle se permet à présent de vivre
Ses rêves dans la main d’un auteur…

Paul Andrews
Écrit le 27/01/2013.

comme tes mots me sont si inspirant Jeanne
bisous ma douce amie.

Merci Gaël de tout cœur  pour tous tes  mots cadeaux déposés chez moi

xxx

Jeanne

une vision que je partage .

«La seule raison pour laquelle une personne nourrit un désir est celle-ci: elle croit qu’elle se sentira mieux s’il est exaucé. Qu’il s’agisse d’un objet, d’un état d’être, d’une relation, d’une condition ou d’une circonstance, chaque désir recèle celui de se sentir bien. Ainsi, le critère de référence de la réussite dans la vie n’est pas le nombre de choses que vous possédez ni l’argent en votre possession: c’est avant tout la quantité de joie ressentie.»
– Abraham-Hicks, extrait de Créateurs d’avant-garde


Avez-vous passé un beau week-end?

Mais surtout, j’aimerais savoir: quand je vous demande si vous avez passé un beau week-end, où votre attention se dirige-t-elle? Pensez-vous à ce que vous avez fait – aux apparences, aux actions, aux circonstances extérieures – ou à ce que vous avez ressenti en naviguant à travers ces péripéties?

Le vrai bonheur est bien sûr un état que l’on ressent; ce n’est pas le fruit d’une analyse, ce n’est pas une chose que l’on déduit intellectuellement en observant les événements… On peut être au paradis assis sur une petite chaise en plastique dans le cadre le plus ordinaire qui soit, tout comme on peut être en enfer au pied des majestueuses pyramides d’Égypte. Car on ne vit pas les événements ou les paysages; on vit ce qui défile dans notre esprit à chaque moment et les émotions qui en découlent naturellement.

image étoile

Imaginez à quoi ressemblerait votre vie si votre idée du «succès» (ou d’un «beau week-end» ou d’une «bonne journée») était synonyme de joie de vivre, d’allégresse et de sérénité. Imaginez ce qui changerait si vous mettiez votre réalité intérieure en priorité, au-delà de tout concept, de toute apparence, de tout résultat et de toute idée. Un virage tout simple, mais gigantesque, n’est-ce pas? Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais il me semble que ce serait le plus grand accomplissement et l’ultime liberté (sans compter la racine même de la générosité)… Certainement la plus belle version du paradis que je peux imaginer!

Bon lundi! Je vous retrouve demain, en direct de la Californie… Une autre jolie version du paradis! 😉

Marie-Pier
P.-S.: Si vous recevez ce message d’un ami qui a eu la gentillesse de partager Matin Magique avec vous, notez que vous pouvez vous abonner aussi sur www.matinmagique.com et recevoir chaque matin votre propre copie. Bienvenue à bord!