La femme du jardin

 

 image

 

Toi la femme du jardin

Je ne savais pas le matin ou je t’ai dessiné.

Dans mon mandala du jour.

Que tu viendrais un jour habitée mon dessin.

Que déjà tes empreintes y étaient.

Que tu y étais en plein centre.

Dans les traits de mon crayon.

Mais tu le sais pourtant qu’il y a toute une histoire.

Entre toi et moi.

Le parcours ne fût pas toujours facile.

Et la route toute tracée.

Un matin pour survivre

Je devrais me réinventer.

Me rapatrier.

Une histoire qui remonte au début des temps.

Une histoire de femme a femme.

Une rencontre de toutes les femmes en moi.

Toutes celles que j’avais épousées.

Que pour toutes les rencontrées.

Il me fallait remonter si loin.

Je croyais bien ce matin là avoir dessiné un arbre.

Tout simplement.

Il est resté un arbre.

Pour un temps

Avec ses branches et ses racines dans la terre.

Un matin je ne sais pas trop pourquoi.

Une intuition que Le dessin avait autre chose en lui.

J’ai repris le dessin.

J’avais envie avec l’ordi de le transformer.

Et soudain tu y es apparue.

IL m’a fallut me recolorer.

Ou me décolorer peut-être.

Je ne sais.

M’étirer.

Inverser mes couleurs.

Me reformater parfois.

Tout en y faisant une sauvegarde.

Mais toujours en gardant la base.

Et y repartir encore.

Pour mieux me retrouver.

Pour que je puisse faire la paix

Avec toutes les femmes en moi.

Cela peut paraitre étonnant.

Mais cette femme dans mon dessin.

Elle me parle de moi.

Cette femme.

Avec ses branches

Tendues vers le ciel.

Un peu comme si le dessin tout à coup était inversé.

Une femme a genoux.

Non plus pour implorer.

Mais juste pour louer.

Qui ne plie plus vers ses racines.

Mais y puise seulement sa force pour les étendre vers le ciel.

Cette femme elle me parle de ma vie.

Jeanne D’arc

Publicités

Des outils de guérison.

image

Depuis quelques jours je reprends les dessins de mandalas que j’ai créées il y a quelques années.

Depuis 2001 que j’en ai dessiné plusieurs.

Et je leur ai tous donné un nom.

Il me faut créer, c’est un peu comme un besoin en moi.

C’est comme de sentir la joie de se servir d’un cadeau reçu.

Que cela soit l’écriture.

J’aime aussi tellement les mots.

les mots sont des images qui dansent en moi.

Mais parfois l’inspiration des mots ne vient pas.

Mais tout ce qui est manuel me passionne aussi.

J’aime le tricot même si avec le handicap de mes mains.

Je n’arrive plus à faire tout ce que je voudrais.

Mais je fais ce que je peux…..

Une maille  a l’endroit et une maille a l’envers ,,,

J’aime encore tricoter ma  vie….

Donc comme la création est comme quelque chose de l’ordre

d’une nourriture dont j’ai besoin.

C’est devenu un besoin de cette force et cette énergie qu’elle possède.

Alors je pratique une autre forme de création.

Je travaille avec mon ordi aussi maintenant et non plus juste avec mes crayons.

Je me laisse guider par mon inspiration.

Celui-ci avait été nommé la feuille.

Ce soir il est un peu changé…..

la feuille

J’y vois encore la feuille , mais j’y vois aussi

une ronde de cerf-volant .

J’y vois encore mon arbre  en son centre

Mes dessins viennent ouvrir l’espace en moi.

Ou je me laisse guidée de leur énergie.

Ils sont mes compagnons ils deviennent eux-mêmes

Mes outils de création.

Je suis partie d’une feuille blanche et d’un crayon.

Comme outil de guérison.

J.ai dessiner pour  guérir en moi  les tempêtes qui me bousculaient.

J’ai dessiner pour quelquefois retrouver ma zone d’équilibre.

Et voici que mes dessins deviennent a leur tour .

Des outils de création …

Et je prends une petite partie de ce dessin et je regarde, ce que je peux trouver.

Et voici ce que j’ai retrouvé en celui-ci.

En me laissant guidée   par mes ressentis intérieurs .

Je travaille avec ce simple petit outil qui me permet de jouer de différentes façons……..

Un tout petit logiciel , mais je pars toujours de ce que j’ai dessiné avec mes mains .

ma corne d'abondance .

C’est petite carte est parti  d’une petite partie de mon dessin de base.

Le travail de création a eu un tel pouvoir guérisseur dans ma vie.

Merci mon Dieu.

Une feuille blanche et une petite plume.

Merci mon Dieu.

C’est le plus grand cadeau

Que tu m’es offert.

Une feuille blanche et des crayons,

Merci mon Dieu.

De les avoir déposés dans mon berceau.

Je ne deviendrais jamais un Picasso.

Ni non plus un Victor Hugo.

Mais mon Dieu ce n’est ce que tu as voulu.

Merci mon Dieu tu m’as seulement offert.

De découvrir Jeanne et ses propres possibilités.

Je me suis servi de ton cadeau.

Pour te prier, pour me guérir.

Pour dire merci.

Pour jouer pour m’amuser.

Merci mon Dieu.

D’avoir mis de la joie dans cette plume.

Et des images et des symboles dans cette encre.

Et cet amour dans l’encrier.

Merci mon Dieu d’avoir mis.

Tant de couleur dans mes crayons.

Tant de baume de guérison.

Et tant d’images a découvrir.

Merci mon Dieu de m’offrir.

Un nombre infini de façons.

De me servir de ton cadeau.

Merci mon Dieu pour ma petite plume et mes crayons.

Pour les feuilles blanches pour  découvrir l’invisible..

Jeanne.

vie !

Création du matin.

petite fleur

Petite fleur.

Tu croyais être en cage

Qui t’y avais mise ?

T’en fais pas …..

Tu es libre.

Tu vois dans le centre de ton être.

Tu peux jouer.

Vas au cœur de ton être.

Y cueillir le nectar.

Et l’essence de ton être.

tu peux découvrir cet espace

Ou réside Ta créativité.

Pas si important ce que les autres puissent en penser.

Tu as découvert un endroit pour toi et moi.

Un espace ou nous rencontrons.

la liberté.

De nos oiseaux.

Les ailes de nos papillons.

Les couleurs de nos arc-en ciels.

L’air de tous nos grands vents.

Et les feux qui nous allument.

les lumières qui nous éclairent.

La passion qui nous fait vibrer.

Les eaux qui nous abreuvent.

Nous retrouvons  la source …..

 

Et je te permets même de monter sur les rubans.

Et de t’en faire une échelle.

Pour t’envoler un instant…..

Et de t’y emmêler..

De les faire danser.

Tu as enfin retrouver .

Un endroit pour rêver.

En cet espace aucune censure.

Aucunes règles.

C’est ton cœur.

Qui te guide

C’est un espace de liberté.

Je t’y donne rendez-vous

Chaque matin.

Pour faire vivre l’artiste en toi .

Jeanne

 

 

 

 

Entre ciel et mer.

 

la perle

Quand tu sors tes crayons tu ne sais pas ce qui sortiras de ceux-ci.

Jusque tu dessine ton Mandala.

TU ne sais Pas.

Tout ce qu’il peut en sortir.

Jusqu’il te fait du bien.

Mais Ce qu’IL Y a en son cenTRE?

JUSqu’IL te ramène Dans un ESPace.

De CALME au Centre de TON ÊTRE.

Celui-ci lors de sa création

Je lui ai donné le nom la perle.

JE ne SAVAIS pas.

QUE

Je POUvais te  nommer fleur.

JE ne SAVAIS pas.

QUE.

Je poUVais te nommer MON étoile.

Je ne SAVAIS pas

QUE.

JE pouvais.

TE nommer COEUR.

Mais quand je T’ai Créé.

LE nom que je t’ai donné est PERLE.

Puis ce soir je T’AI repRIS .

Avec mon outil de TRANSformation.

Sur mon ORDI.

ET j’’AI eu envie .

 DE jouer avec MON mandala.

la perle

UNe PETITE transformation.

Mais LE plus fascinant .

C’est qu’EN.

DéCOUpant une petite partie.

J’ai retrouvé

LE Ciel ET la Mer .

dAns MoN deSSIN.

Jeannele ciel et la mer

 

 

tentative de portrait.

essai de portrait en pastel gras

Un de mes plus grands rêves est d’arrivé a dessiner des portraits.

Ceci était ma première tentative lors de mon survol des techniques ,

De dessin.

Je suis bien consciente de chaque défaut dans ce premier essai.

Mais j’ai quand même adoré ma tentative de dessiné un visage.

De voir chaque trait de crayon donner forme a un visage.

Celui-ci a été réalisé avec des pastels gras.

J’aime beaucoup ce médium.

Je fût emballée par la technique.

Je me suis surprise pendant une période a dessiner seulement des nez et des bouches.

Partout chaque fois que j’avais un crayon dans les mains.

Et d’examiner les points de lumière dans chaque visage.

Quand tu apprends le dessin ton sens de l’observation change.

Il paraît que quand tu peux dessiner tes formes géométriques .

Tu peux tout dessiner .

Je sais que les yeux sur celui-ci sont complètement ratés.

Mais dans l’ensemble je suis quand même satisfaite de mon premier essai.

Le portrait est peut-être le dessin le plus difficile , mais c’est ce qui m’attire le plus .

Peut-être que je n’arriverais jamais a dessiner le visage ressemblant de quelqu’un .

Mais le processus en lui-même de dessiner un visage en vaut toutes les tentatives.

Ce n’est plus tant le résultat qui compte mais le plaisir et la joie ressentie durant le processus.

Indépendamment des résultats finals.

Celui-ci fût dessiner d’après une photo ,

En bout de ligne il ne ressemble pas vraiment a la photo qui était celle d’une indienne.

Je trouve que la mienne a un petit air chinois .

Mais j’ai appris ou était mes erreurs .

Nous étions huit dans le cours et huit résultats complètement différents .

Chacune avait son style.

Je me rends compte que tout ce qui touche le domaine de la création me passionne,

Chaque fois que je m’y met j,en perd la notion du temps,

Pas vraiment important que mes œuvres soit réussis ou pas elles t’apporteront toujours la joie de tout l’effort que tu as investit ..

Je crois pourtant que c’est en  pratiquant que l’on apprend

Donc cette semaine j’ai ressorti mes outils pour le dessin.

Et mon livre   dessiner avec le cerveau droit .

Ce livre contient un trésor de renseignements qui change complètement ta façon d,aborder le dessin .

Bonne journée .

Jeanne