Lettre à mon enfant intérieur.

Ma petite fille intérieure.

Qu’est ce qui  rend tes yeux si tristes ?

Déjà.

Ton sourire si effacée ?

Déjà.

Pourtant nous sommes à l’âge des poupées.

A l’âge de courir et de jouer.

Ton regard est déjà si éloigné.

Des rires et des jeux.

Dis-moi as-tu déjà perdu ?

Cette joie de l’enfance.

Cette insouciance.

Tu es adulte avant ton temps.

Et pourtant.

Tu ne comprends rien.

A beaucoup des expériences.

Qui t’arrive.

Je te permettrai.

De vivre la beauté de l’enfance.

Je te promets.

Nous ferons voler des cerfs-volants.

Nous danserons petite.

Nous chanterons.

Nous dessinerons.

Je sais ou tu es en moi petite.

Tu es au fond de moi prisonnière de lourds secrets.

Et si coincée dans tous les interdits.

Tu vois déjà nous avons fait un pas nous ne sommes pas seules petite.

Paralysée dans la peur de t’exprimer.

Ton langage.

Est bloqué.

Mais je te donnerais la permission.

De vivre les joies.

Je te donnerai la permission de jouer.

De te tromper , de faire des erreurs.

Mais je te croyais plus âgée ?

Là ou tu es devenu si triste.

Au fond de moi.

S’il te plaît parle- moi.

De tes souvenirs.

Dis-moi ce qui te fait déjà si sérieuse.

Ce qui te fait déjà si sage.

Quelqu’un a dérobé ton sourire ?

Dis-moi.

Et tes éclats de rire.

Dis- moi.

Dévoile moi tes secrets.

Y en avaient-ils déjà

A cet âge là ?

Déjà tu vivais dans la peur de perdre ceux que tu aimais.

Je le sais.

J’ai besoin de savoir les fantômes qui t’habite.

Ceux qui te volent ton repos dans tes nuits.

Pour t’aider à les chasser

J’ai besoin de savoir.

Pour nous aider à grandir.

Prends ma main nous rirons ensemble.

Dis-moi as tu déjà cesser de jouer ?

La peur avait-elle déjà volé tes rêves.

Mais as-tu au moins eu le temps de rêver.

Dis-moi.

Je ne peux le savoir si tu ne me parle pas.

Je vois cette petite fille solitaire.

Que tu es en moi.

Je veux devenir.

Ton parent nourricier.

Ton amie.

Je te prends la main maintenant.

Je suis là.

Mais nous sommes là ensemble maintenant.

Mais il y a une chose que je sais.

C’est que je ne t’abandonnerai plus.

Nous nous tiendrons compagnie.

Pour le reste de notre vie.

Je veux te voir rire.

Alors.

Chaque fois tu seras dans tous mes rires.

Je te prendrai par la main.

Je te mènerai vers demain.

Je sais que tu es là au fond de moi.

Peut-être que tu pleure notre vie que tu crois perdu.

Mais je te promets.

Que nous pouvons rire petite.

Je t’amène dans mes sourires.

Je t’amène dans mes éclats de rire.

Tu vois c’est toi qui reprends vie.

En moi.

Confie-moi tes rêves.

Nous les accomplirons ensemble.

J’ai besoin de toi.

Pour les accomplir.

J’ai besoin de cette spontanéité qui me vient de toi.

J’ai besoin de ta simplicité.

J’ai besoin de la pureté de ton cœur.

J’ai besoin de ta capacité a être si près de notre âme.

J’ai besoin de toi petite fille.

Je vivrais avec toi petite.

J’ai besoin que tu vives.

Tu es cette candeur en moi.

Pour traverser la vie.

J’ai besoin de toi.

Pour vivre nos rêves enfouis.

Ensemble nous les trouverons.

J’ai besoin de toi pour y croire.

Pour toujours nous serons ensemble.

Je ne t’abandonnerai pas.

Tu es mon enfant intérieur.

Je vais toujours t’aimer.

Je te promets.

Je t’aime.

xxx

De ton parent intérieur.

 

Publicités

13 réflexions sur “Lettre à mon enfant intérieur.

  1. Magnifique ton écris sur notre enfant intérieur , j’ai l’impression de me
    lire , le miens mon enfant intérieur est triste , il a vielli avant l’heure ,
    mais bien souvent cette enfant me fais peur … Pourtant il fut un temps
    où il aimait rire … Mais à 4 ans … Trop de chose se sont passé … Mais je
    sais que à 9 ans j,ai vue mourir ma grand-mère chez mes parents chez
    qui elle habitait , et là commenca la série de deuil à répétition , je la
    rescend en moi mais elle a si mal , si effrayer quelle n’ose pas se montrer
    J’ai fait un rêve un jour , je voyais une petite fille à différent âge coucher
    sur une civière les larmes coulais sur ses joues , il y avait un long couloir
    cette petite fille me ressemblais , j’avancais avec peur dans ce long couloir
    puis arriver à une grande porte il y avait un autre couloir , un ami prêtre
    de la famille décédé quelque mois avant ma pris par le bras et ma parler
    il ma dit vas y avance Ginette continue , là je comprends ta souffrance ,
    vas au bout du couloir mais je me souviens que j’avais peur je savais qui
    était au bout du couloir dans une chambre mon père … Était là , mais
    dans la vie il étais lui aussi décédé , mais j’ai continué à avancer comme
    le prêtre me l’avais demander , il me disais ne pas pouvoir le faire à ma
    place , mais je me suis arrêter en chemin paralyser par la peur et je me
    suis réveillé tout en sueur , ma soeur ma dis il y a 4 ans car cela fais
    5 ans que mon père est décédé , que tous les enfants assis et coucher
    sur cette civière représentais moi à plusieurs époque de mon enfance,
    chaque enfant représentais une profonde blessure c’est pourquoi il
    étais sur une civière , mais pourquoi le prêtre et mon père au fond de
    ce couloir comme je n’ai pas put m’y rendre par peur en rêve je n’ai
    pas put savoir pourquoi j,avais si peur d’aller vers lui ???? Pourtant
    j’avais fais la paix avec lui , 2 mois après sa mort je lui ai dit de partir
    en paix que tout était pardonné , mais bon j’ai toujours eu des rêves
    difficille à déchiffrer , dommage que en rêve je n’ai pas put continué
    à avancer … Mais merci pour ce beau texte , je pense que je dois
    travailler à sur cette enfant intérieur , je trouve cela superbe que tu
    puisse parler ainsi à ton enfant intérieur et ainsi le consoler , très
    touchant et enrichissant merci de ce beau partage de coeur et merci
    de ton passage sur mon billet …Lettre à … Et surtout un grand merci
    pour ta prière hier soir … J’espère que tu vas bien ! Je te met dans mes
    prière du soir sois bénie et prends bien soin de toi , je t’embrasse
    bien fort chère petite soeur de coeur à bientôt passe un Bon-Weekend
    Tendresse … Ton amie Gigi xoxox

  2. Que c’est beau Jeanne …
    Les mots me manquent …Je ne peux qu’écouter ce dialogue si touchant …!
    Je vous écoute et je suis émue …C’est si beau cette complicité …!
    Tu es devenue une grande dame Jeanne …!
    Merci pour ce si touchant partage …!

    Je t’embrasse …et surtout ta petite fille intérieure …je la berce …!
    Tendresse
    Manouchka

  3. Tout simplement fabuleux…. Je reste bouche béée aussi… Je me souviens que tu avais publié quelque chose du genre…. un peu plus court je crois…. mais wow.. là … je ne sais quoi dire…
    Touchant… et ton texte témoigne d’un ressenti intérieur si profond qui touche pourtant trop de gens. Ton texte devrait être utilisé dans des ateliers pour aider les gens `s s’extérioriser face à de telles épreuves….
    Renversant ta capacité à bien exprimer le schoses..les sentiments certes.. mais surtout d’exprimer le chemin parcouru…. le cheminement intérieur…
    Bien de savants écrits ne parviennent pas à exprimer autant….
    Jeanne je salue et admire ta grande sagesse oui.. mais ta force intérieure et ton cheminement….
    Tu es une femme impressionnante…. c’est à la manière de se relever qu’on peut juger les gens… tu es une grande dame….
    Ton amitié m’est enrichissante…

  4. cette « petite » a beaucoup de chance de t’avoir rencontré, toi son parent intérieur…
    beaucoup d’amour, de joie et de rêves à réaliser pour vous deux
    pour toi, je veux dire
    merci pour tes passages que j’apprécie
    bisous
    sourire

  5. Bonsoir Jeanne, Je viens de lire tes mots déposés sur mon billet de ce matin… Émotions… Merci beaucoup… Et puis j’ai pris le temps de passer lire cette magnifique lettre à ton enfant intérieur…! Je suis heureuse de constater que tu accueille cette petite fille en toi, je sent que vous allez faire un grand bout de chemin ensemble… Pour votre plus grand bonheur… Vous allez prendre soin l’une de l’autre… Ce texte est vraiment très touchant..
    Je te souhaite un magnifique week-end Jeanne!

    Je t’embrasse

    Francine xoxo

  6. Vraiment superbe comme texte ; je n’aurais su l’écrire moi même n’ayant hélas pas ce talent d’agencer les mots ( Pour cette raison je n’écris pas sur mon blog, je ne partage que quelques unes de mes lectures au fil du temps ) mais intérieuremeni il me rejoint profondément. Merci donc à toi, je reviendrai c’est sûr. ( Je ne commence qu’à découvrir vos présences )

  7. Bonsoir Jeanne….

    J’ai lu ton billet sur mon heure de souper et je n’ai pu y mettre de mots…c’est tres émouvant….

    J’ai travailler ce soir retournant tes mots dans ma tête espérant trouver des mots doux et câlins..pour la petite fille en toi…je n’ai trouver que l’émotion….

    et je voudrais t’offrir … des mots d’envie de rire et de jouer….

    Je vous vois mains dans la mains parcourir ce chemin ensemble…riez et prenez tout votre temps…..savourez….consolez vous….

    C’est vrai que tu es une femme impressionnante !!!!

    Je m’incline bien bas avec respect devant tes mots touchants….

    Bonne soirée Jeanne…
    Amitié
    Sorciere

  8. Wow …..un chemin que j`aime…Mon doux que je suis ravie de voir ton langage .
    Je ne croyais pas que je croiserai ce langage sur un blog.

    Comme ton enfant intérieur à de la chance que tu décide de la parenté .Avec tellement de douceur et d`engagement envers elle.

    C`est la plus belle lettre que j`ai entendu pour son enfant intérieur.
    Cette union que tu as avec elle tout les deux. WOW WOW

    Très touchant, qui est la mieux placer que toi Jeanne d`Arc pour consoler ces blessures à cette enfant et lui apprendre tout les plaisir de la vie.
    Et de l`aidé à faire ce quelle a besoin.
    La rassurer la guide.
    Nous Montre le cheminement intérieur profond que tu as,
    Et le partager…..WOW

    Oui…. trop d`enfants son si blessé que les nuits …

    ( Ceux qui te volent ton repos dans tes nuits.)

    Quelle belle union . Je vous souhaite plein de joie, de tendresse plein de rire, plein de calme.

    Bravo d`avoir trouver cette enfant. Que la vie vous protège.

    Johanne et Joe

  9. Comme plusieurs, comme trop de personnes, j’aurais pu écrire ce texte mais j’ai eu cette conversation et plus d’une fois avec mon enfant intérieur et je lui ai dit ceci: « Désolé, pardonne-moi, je t’aime, merci. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s